Accueil » Rubriques » Explorer les mondes imaginaires » Les grands mythes littéraires en musique

Les grands mythes littéraires en musique

Temps de lecture : 6 minutes

Les écrivains et les musiciens ont cet attrait commun pour l’imaginaire. Au gré du temps, les virtuoses continuent à s’inspirer d’œuvres littéraires. Là où certains composent quelques morceaux inspirés de leurs lectures, d’autres, créent des albums entiers autour de ces monuments de la littérature. Du clin d’œil à l’hommage, voici un tour d’horizon de ces mondes imaginaires qui inspirent les musiciens parmi les plus réputés.

Autant se l’avouer, la liste des références musicales qui trouvent leurs origines dans les œuvres de Tolkien est aussi dense que la liste des Jeux de rôles d’inspiration Médiéval Fantastique. Afin de s’y retrouver, il faudra généraliser un brin et affirmer que la musique métal rend souvent hommage à l’œuvre de Tolkien.

Les écrivains et les musiciens ont cet attrait commun pour l’imaginaire. Au gré du temps, les virtuoses continuent à s’inspirer d’œuvres littéraires. Là où certains composent quelques morceaux inspirés de leurs lectures, d’autres, créent des albums entiers autour de ces monuments de la littérature. Du clin d’œil à l’hommage, voici un tour d’horizon de ces mondes imaginaires qui inspirent les musiciens parmi les plus réputés.

Tolkien en musique : À tout Seigneur, tout Honneur


Commençons par l’univers fantastique le plus représenté et le plus inspirant.

En effet, s’il est bien une œuvre imaginaire qui prédomine, c’est bien celle imaginée par J.R.R Tolkien. Celui qui, au début, rédigeait des romans pour ses enfants, était sans doute loin de s’imaginer qu’il allait poser les bases d’un univers qui deviendrait une référence dans le monde entier.  La « fantasy » (terme imaginé par l’auteur), est cet univers dans lequel se croisent nains, elfes, orques, gobelins et autres créatures mythiques toutes issues de divers folklores. On y trouve pêle-mêle plusieurs archétypes de personnage tels que les guerriers, les mages, bardes, voleurs, etc. Ainsi qu’une tripotée d’objets magiques ou maudits. Du côté des jeux de rôles, nous ne pouvons pas ne pas citer l’emblématique Donjon et dragons, ainsi que Jeu de Rôle des Terres du Milieu.

La liste des jeux de rôles d’inspiration « Fantasy » est bien longue. Selon que vous soyez curieux ou insomniaque, nous vous recommandons d’aller jeter un œil à la liste des jeux de Rôle d’inspiration Médiéval Fantastique sur le site du GROG. On y trouve même, quelques perles d’humour graveleux et improbables. À l’image de Chevaliers et Sodomie, un jeu dans lequel se chevauchent (si vous me permettez l’expression) l’univers du  sulfureux marquis de Sade à celui du très distingué Tolkien.

Groupe Rhapsody

Parmi les groupes les plus connus, Rhapsody ou Blind Guardian vont jusqu’à produire des albums entiers qui s’inspirent des légendes des Terres du Milieu. Si vous êtes adepte de riffs ravageurs et de groupes plus underground, tournez-vous vers des groupes tels que Arwen, Isengard, Mithrandir Minas Morgul ou bien encore The Summoning. Leurs noms ainsi que la plupart de leurs textes tournent autour de l’œuvre de ce brave John Ronald Ruel.

Le groupe Led Zeppelin n’est pas en reste. Les titres  Ramble On, The Battle of Evermore et Misty Mountain font référence aux terres du Milieu. Des rumeurs prétendent même qu’il existe une hypothétique référence à Galadriel dans le mythique Stairway to Heaven.

Black Sabbath est aussi de la partie avec The Wizard  dont les paroles rappellent un dénommé Gandalf. Le groupe Anglais Camel nous offrait en 1971 une longue balade progressive avec son titre Nimrodel – the procession – the white rider.


Sur un ton plus léger, citons la ballade kitsch La ballade de Bilbo Baggins chantée par Leonard «Spock» Nimoy en 1968. Le répertoire Folk est représenté avec la chanteuse irlandaise Enya, qui possédait déjà le titre Lothlorien paru en 1991. Le groupe Hollandais, The Hobbitons proposait déjà un album entier de poèmes inspirés des œuvres de Tolkien en 1996.

Pareille épopée a aussi inspiré la musique classique. À commencer par le compositeur Gallois, Donald Swann. Ce dernier reçu l’agrément de l’auteur de son vivant pour constituer un opéra baroque de 7 titres, intitulé The Road Goes Ever On , au début des années 70. Enfin il parait impensable de ne pas nommer Howard Shore pour le travail qu’il a accompli sur la trilogie de Peter Jackson.

Les grands oubliés de la Fantasy

L’œuvre de Tolkien reste célèbre dans la musique, on peut penser que d’autres grands noms de la littérature Fantastique connaissent le même engouement, et se plaire à imaginer que les œuvres rendant hommages à Elric, Hawkmoon, Conan ou Corwin sont nombreuses.
Hélas, il n’en est rien.

Exception faite d’Elric et de Conan, les hommages aux autres héros de la fantasy restent trop rares. Le barbare Cymérien reste désormais indissociable de la musique du film composée par Basil Polidouris lors de sa sortie en 1982.

L’auteur d’Elric s’est, quant à lui, essayé à l’écriture du titre Veteran of the Psychic wars du groupe Blue Oyster Cult. Quelques rares groupes de Métal placent encore des références à Elric ou Conan dans leurs œuvres. Citons parmi ceux ci : Bal-Sagoth, Domine, (L’album Emperor of Black Rune), sans oublier Battleroar.

Conan OST – La virilité selon Basil Poledouris

Lovecraft : univers tentaculaire pour musiques apocalyptiques

En 1928, Howard Phillips Lovecraft publiait « L’appel de Cthulhu » dans la revue Weird Tales et posait les bases d’un univers horrifique sans précédent. Le Mythe de Cthulhu est le reflet noirci du monde réel dans lequel les Grands Anciens ont une place de choix. Cet univers horrifique s’est vu enrichi et développé du vivant de Lovecraft par plusieurs de ses contemporains.

Déjà en 1967, en pleine vague «Flower power », le groupe de rock psychédélique H.P Lovecraft ( Vous ne rêvez pas, ils ont osé) sera parmi les premiers à s’intéresser au mythe. Ils seront timidement rejoints sur ce créneau horrifique par les Anglais de Black Sabbath avec le titre Behind the Wall Of Sleep en 1969. Il faudra attendre les années 80 pour que le Mythe de Cthulhu trouve une certaine reconnaissance dans des compositions musicales.

Comme on peut s’y attendre, ce mythe horrifique va connaitre un réel engouement auprès des groupes de métal. Dès 1984, Le groupe Metallica compte parmi les premiers à rendre hommage au Grand Poulpe. L’album Ride the Lightning, se conclut sur l’apocalyptique et long instrumental intitulé The Call of Ktulu .

Difficile de faire plus explicite.

Une autre référence à Lovecraft sera placée dans l’album suivant de Metallica, avec le titre The Thing that should not be. Les Anglais d’Iron Maiden préféreront un hommage graphique au maître de l’horreur en 1985 sur la pochette de l’album Life After Death.

Pour les férus de gros sons chaotique et de voix gutturales, recommandons plusieurs groupes tels que Bal Saggoth avec l’album The Chthonic Chronicles. Citons également le groupe de Black métal, Cradle of Filth avec son Cthulhu Dawn, et quelques titres épars de Morbid Angel, Vader ou encore Obituary.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur les relations qu’entretiennent les grands anciens et la musique métal, nous vous recommandons le livre Chtulhu Metal : L’influence du Mythe écrit par Sébastien Baerd. Ce bel ouvrage très riche et très bien documenté, saura satisfaire votre curiosité.

Si l’univers de Lovecraft a largement inspiré la scène métal, d’autres styles musicaux rendent hommage aux Grands Anciens. C’est le cas du groupe français  Shub-Niggurath qui offre un jazz ambiant expérimental.

Du côté des synthétiseurs, les nappes du groupe Nox Arcana avec son opus Necronomicon vous ravivons. Le dark-ambiant reste l’idéal pour illustrer vos parties de Jeu de Rôle ou pour accompagner vos lectures d’épouvante. Parmi ces artistes, citons les divers artistes du label Cryo Chamber. Même s’il est plus discret, le milieu de l’électro n’est pas en reste, puisque Le DJ masqué Deadmau5 à composé 2 titres sur le Mythe.

Dune : Herbert n’est pas en reste

Le roman Dune de Frank Herbert a paru en 1965 et rencontre dès sa sortie un succès mondial.  Véritable épopée intergalactique, le roman s’est rapidement imposé comme un classique de la science-fiction. L’adaptation cinématographique du roman par David Lynch en 1984, a permis au groupe Toto (et Brian Eno)  de montrer l’étendue de son talent lors de la composition de la Bande Originale du Film.

Au début des années 80, quelques groupes avaient pourtant  lancé quelques timides œillades vers l’œuvre d’Herbert. Notons rapidement le titre To Tame a Land (1983) du groupe Iron Maiden. Faisons mention de l’intérêt du compositeur Allemand Klaus Schulze en 1979 avec cet album sobrement intitulé Dune et attardons-nous un instant sur la scène underground française. 

Il faut le reconnaitre, la France pas en reste lorsqu’il faut rendre hommage au cycle de Dune. Qu’il s’agisse du compositeur Richard Pinhas avec l’album Chronolyse en 1978, ou du groupe de Rock progressif Français Dün . Les Français furent parmi les premiers à composer des albums entiers qui rendaient hommage  à l’univers de Franck Herbert. 

La récente sortie du film de Denis Villeneuve, offre la possibilité au compositeur allemand Hans Zimmer de se faire remarquer avec une magistrale Bande Son.

Aller au contenu principal