Les chasseurs de primes

Les chasseurs de primes font de la traque des criminels leur gagne pain quotidien. Dans un univers où la justice a beaucoup de difficulté à s’imposer sur l’ensemble du territoire, les chasseurs de primes agissent là où la loi ne peut pas aller, en utilisant leurs talents de pisteurs pour attraper leurs proies dans des régions isolées.

La justice au moyen âge

Avant tout, il faut savoir qu’au moyen âge le pouvoir judiciaire pouvait être légué à n’importe qui selon les région. Dans certains royaumes, le seigneur est l’unique détenteur du pouvoir judiciaire, alors que dans de plus grandes cités, voir dans des communauté, des juges sont désignés pour s’occuper de toutes les affaires judiciaires.

Il était donc possible que d’un lieu à l’autre l’organisation soit totalement différentes, une cité pourrait avoir des juges, des tribunaux, des enquêteurs et plusieurs milliers de pages de code de loi, alors que la cité voisine, le seigneur local applique la loi comme il le sent lorsqu’il rend son jugement. Bref, rien n’uniformise les lois, elles sont dictées par le pouvoir en place, qui décide de comment elles seront appliquées. Il ne va de même pour les sentences, toutefois, la mise à mort est la sentence la plus prononcée.

Les zones rurales

Tout le monde connaît l’histoire du célèbre Robin des Bois, un brigand qui vivait dans le bois de Sherwood pour échapper au Prince Jean. Nous n’allons pas épiloguer sur le fait qui est ou non un héros, intéressons nous plutôt à ce choix d’aller se cacher dans un bois pour échapper à la justice.

L’application de la loi était déjà complexe dans une cité, mais imaginez alors comme elle pouvait être complexe dès à quelques lieux de celle-ci.

Hors des murailles d’une cité, l’application des lois était souvent aux mains de milices composées de villageois et de paysans. En sommes, elle n’étaient pas forcément entraînées pour affronter un dangereux criminel. Un garde de chasse ou un patrouilleur rural préférerait nettement ignorer la présence d’un bandit de grands chemins dans les bois longeant la route du village plutôt que d’aller seul l’affronter pour faire appliquer la justice. Les affaires en ville étant suffisamment préoccupantes, personne finalement ne s’occupait du brigand, … et après on se demande pourquoi les guildes marchandes étaient les premiers clients des guildes de mercenaires.

Les avis de recherche

C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle les chasseurs de primes ont tant d’importance à cette époque. Plutôt que de mettre tout en oeuvre pour traquer un criminel en fuite, les autorités préfèrent donner de l’or à celui qui capturera ce criminel. Les avis de recherches sont déposés dans tous les lieux fréquentés.

L’avis de recherche présente généralement, le nom du criminel recherché, si il est connu, une description représentant un ou plusieurs signes particuliers, éventuellement un portrait de la personne, et surtout, la liste des crimes pour lesquels il doit être appréhender, les modalités de la capture (mort ou vif) et le montant de la prime qui sera attribué à celui qui apportera la preuve de la capture.

Les primes sont généralement versées sans trop discuter dès que le criminel est livré ou dès qu’une preuve de sa mort est montrée.

Les chasseurs de primes

Les chasseurs de primes sont donc des aventuriers qui gagnent leur vie en répondant aux avis de recherche. Ce travail risqué est très lucratif, mais deux choses sont à retenir :

  • Les chasseurs de primes n’appartiennent pas légalement à la hiérarchie judiciaire, par conséquent, même s’ils sont sur les traces d’un dangereux criminel dans une cité, ils ne recevront pas l’aide des forces de l’ordre.
  • Les chasseurs de primes ne sont pas au dessus des lois, ils devront se conformer aux lois locales, ne serait-ce que pour le port d’armes létales en ville (d’où les lassos, les filets, les fouets qui passent « mieux » qu’une épée), voir le meurtre… s’ils tuent une de leur proie dans une cité où le meurtre est lourdement condamné, un avis de recherche ne disculpera pas le chasseur de prime qui sera considéré comme un criminel comme un autre.

Le profil idéal

La première compétence utile au chasseur de primes est avant tout le pistage. Dans Donjons & Dragons, les rôdeurs qui acquièrent automatiquement ce don au premier niveau sont donc les plus à même d’exercer cette activité, suivi des guerriers pour leurs talents de combat, mais il faudra sans doute qu’il acquière des compétences en pistage, survie, collecte de renseignements…

Dans un monde hautement magique, il n’est pas non plus inconcevable qu’un magicien endosse ce rôle pour traquer des criminels qui sont versés dans les arts magiques. Dans ce cas, la pratique de la magie est indispensable et le grimoire du chasseur de primes magicien sera sans doute remplis de formules de divination et d’attaques paralysantes.

Compétences nécessaires

Une grande partie des activités des chasseurs de primes est le travail d’enquêteur, ses compétences de perception, détection, fouilles… lui seront d’un grand secours. A la liste, il va aussi falloir ajouter des compétences liées à la nature et à la survie. Pour ce qui est du combat, les armes exotiques comme les lassos, les filets, les assommoirs et les fouets sont souvent favorisées, mais pour le combat rapprocher, rien de tel qu’une épée courte.

Un travail solitaire

Si plusieurs chasseurs de primes coopérèrent, la prime devra être partagée… il est donc commun que le chasseur de primes agisse seul. Dans ce cas, il va devoir être le plus polyvalent possible pour ne pas avoir à demander de l’aide et devoir partager ses gains.

Variation sur un thème

Au delà des chasseurs de primes médiévaux, la littérature et le cinéma nous ont offert plusieurs variations sur le thème…

Horreur-gothique

Dans un cadre horreur-gothique, les chasseurs de primes s’intéressent que très peu aux criminels préférant des proies plus difficiles à atteindre, mais bien plus lucratives : vampires, loups-garous, fantômes… devenu tueurs professionnels des monstres de la nuit, il arrive même qu’ils se spécialisent contre un cible précise.

Quelques exemples : Van Richten (Ravenloft), Van Helsing, D

Far-West

On ne compte plus le nombre de western où des chasseurs de primes traquent sans merci des criminels recherchés « mots ou vifs ». Le territoire est très grand, en grande partie inhabité, la justice, représentée par les shérifs et le marshal est impuissante face au nombre de criminels, le travail de chasseur de primes est très lucratif. On y trouve d’anciens représentants de la loi et d’anciens criminels repentis.

Space opéra

Par analogie au far west, ce n’est pas une étendu désertique qui séparent deux villes, mais le vide sidéral… la civilisation n’occupe qu’une faible partie de l’univers permettant à des criminels de vivre en tout impunité.

Quelques exemples : Bobba Fett et avant lui son père Jango Fett, les héros de l’animé Cowboy Bebop…

Laurent Gärtner

Rôliste depuis plus de 25 ans, j'ai découvert le jeu de rôle à l'époque où L'Œil Noir se vendait en librairie, où Casus Belli publiait SimulacreS et Laelith et où les figurines Ral Partha se vendaient à 10f. Depuis, je suis maître sur de très nombreux jeux, aussi bien du classique comme RoleMaster, L'Appel de Cthulhu ou Donjons & Dragons 3.5, ou sur des jeux un peu plus confidentiels comme Cobra, Feng Shui...

Les derniers articles par Laurent Gärtner (tout voir)

One Pingback/Trackback

%d blogueurs aiment cette page :