Le mythe de Jack l’éventreur

Son histoire fascine encore aujourd’hui de nombreux journalistes et enquêteurs à la recherche de la vérité sur cette sordide affaire qui s’est déroulée en 1888 à Londres. De septembre à novembre 1888, plusieurs prostituées du quartier de Whitechapel, le quartier le plus malfamé de la ville, ont été sauvagement assassinées et mutilées par un tueur que Scotland Yard n’a jamais arrêté.

L’objectif ce cet article est de vous proposer des éléments pour utiliser le mythe de Jack l’éventreur en trame de fond dans pour une aventure ou une campagne d’un jeu de rôles d’épouvante, comme par exemple, le très bon Cthulhu by Gaslight (réédité sous le nom Cthulhu 1890).

Whitechapel en 1888

Whitechapel est un quartier londonien qui dès la fin du XVIe siècle est devenu le cœur de toutes les activités qui dégageaient les odeurs les plus fortes : tanneries, brasseries, fonderies, abattoirs… attirant les populations les plus pauvres qui espèrent trouver du travail en ce lieu, les conditions de vie se détériorent alors très vite et les violences deviennent communes : émeutes, crimes, prostitution, … Whitechapel est reconnu par le reste de Londres comme étant un foyer d’immoralité.

Ce qu’on sait sur Jack l’éventreur

Jack l’éventreur n’a jamais été arrêté. Les meurtres se sont arrêtés d’eux-mêmes, et plusieurs pistes ont mener a différents suspects.

Les victimes

Il est possible de lier cinq victimes à Jack l’éventreur :

  • Mary Ann Nichols dont le corps a été découvert le vendredi 31 août 1888 vers 3h40 sur Buck’s Row. Elle avait la gorge tranchée, la langue lacérée et l’abdomen entaillé ;
  • Annie Chapman retrouvée le 8 septembre 1888 vers 6h dans l’arrière cours du 29 Hanbury Street. Les mêmes blessures que la précédent, mais en plus son abdomen a été ouvert, les intestins sortis et ses organes génitaux prélevés ;
  • Elizabeth Stride a été trouvé morte le dimanche 30 septembre vers 1h dans une cour de Berner Street avec seulement la gorge tranchée… il semble que l’éventreur a été dérangé lors de son crime ;
  • Catherine Eddowes sera la victime suivant le même soir, n’ayant pas eu la possibilité de finir son oeuvre sur Elizabeth Stride, la même nuit, Jack l’éventreur s’attaque à une nouvelle victime sur laquelle il prélèvera un rein et l’utérus ;
  • Mary Jane Kelly sera sa dernière victime, elle fût retrouvée sur son lit chez elle au 13 de Miller’s Court le 9 novembre à 10h45. Sa gorge a été tranchée jusqu’à la colonne vertébrale, son abdomen a presque totalement été éviscéré, mais seul son cœur a été prélevé.

D’autres victimes peuvent être attribuées à Jack l’éventreur.

Les suspects

Plusieurs hypothèses sont été avancées sur l’identité du meurtrier. L’affaire n’ayant pas été résolue à l’époque, l’identité exacte du criminel reste à déterminer, mais tout le monde s’accorde sur le fait que le tueur connaissait l’anatomie, il a été capable de prélever le foie et d’autres organes difficilement localisable pour un néophyte.

Plusieurs écrits ont été laissé par Jack l’éventreur : trois lettres, donc la célèbre From Hell envoyée le 15 octobre 1888 au présent du Whitechapel Vigilance Committee dans laquelle Jack l’éventreur affirme avoir mangé la moitié du rein de l’une de ses victimes et un graffiti écrit sur un mur de Gouston Street que Thomas Arnold, le superviseur de la police, fît effacé très rapidement pour éviter une émeute antisémite dans le quartier de Whitechapel.

Une hypothèse : From Hell

From Hell est une bande dessinée d’Alan Moore qui a été adaptée au cinéma en 2004 par les frères Hughes. Elle s’inspire fortement de la théorie avancée par Stephen Knight dans Jack the Ripper : The final solution en 1976, présentant ces meurtres comme étant un complot de la couronne d’Angleterre et des Francs-Maçons.

Sous une fausse identité, le prince Albert Victor de Clarence, petit-fils de la reine Victoria, entretient une relation secrète avec Annie Crook, une prostituée de Whitechapel avec laquelle il a un enfant. Atteint par la syphilis, le prince ne peut plus cacher cette relation. La police secrète interviendra finalement pour faire disparaître Annie Crook et écarter le prince.

Dans cette version de l’histoire, Jack l’Éventreur est Sur William Gull, le médecin de la famille royale. Il est chargé d’éliminer les personnes qui pourraient identifier le prince : six prostituées qui étaient présentent lors du mariage secret.

Il sombre à chaque meurtre dans une démence de plus en plus sévère, jusqu’au massacre de Mary Jane Kelly qu’il mutilera en s’imaginant communier avec le Grand Architecte. Jugé en secret par ses pairs de la loge maçonnique, il est déclaré dément et sera lobotomisé quelques temps après.

Sans preuve tangible de sa culpabilité, à l’exception des Francs Maçons, personne ne saura jamais qui était Jack l’éventreur et ni même quel était son mobile.

Revisiter le mythe à une table

Utiliser directement Jack l’éventreur

Les ressources et les pistes sont suffisamment nombreuses pour construire une aventure complète ayant pour thème la traque de Jack l’éventreur. Il vous reste à trouver l’identité du réel criminel et son mobile. Evitez dans ce cas de retomber dans les poncifs connus par tous les rôlistes (From Hell !), et trouvez une autre explication, peut être plus proche du jeu auquel vous souhaitez jouer. Pourquoi ne pas non plus transposer l’histoire à une autre époque ?

Le rite surnaturel

Tout en gardant une trame réaliste aux meurtres de Jack l’éventreur, il est possible que ses actions aient été guidé par un mobile surnaturel.

Peut-être que les victimes de Jack l’éventreur sont des sacrifices pour un rituel innommable, le moment, la position, le rituel lui même sont des éléments importants pour le tueur qui ne négligera rien. Les enquêteurs pourront retrouver des similitudes sur les meurtres ou le schéma tracé par les lieux de découverte des corps avec des rites anciens et ainsi, tenter d’arrêter le criminel en anticipant ses mouvements.

Autre piste, le meurtrier cherche peut-être à collecter des organes pour rendre la vie à sa bien-aimée, une sorte de docteur Frankenstein. Revoyez Ré-animator II ou bien La fiancé de Frankenstein pour vous mettre dans l’ambiance.

Le copycat

Première affaire largement médiatisée, les meurtres de Jack l’éventreur auraient facilement permis à un autre criminel de dissimuler un meurtre en copiant le modus operandi détaillé dans les moindres détails dans les journaux. Il est possible aussi que Jack l’éventreur soit plusieurs criminels différents qui ont chacun utilisé le monstre de Whitechapel pour masquer leur meurtre, peut-être que l’un d’eux dissimule une affaire bien plus grave et plus importante ?

Pour aller plus loin

Voici une série de sites qui traitent de la question, bonne navigation.


Illustrations : extraites du film From Hell des frères Hughes, avec Johnny Depp, Heather Grahams et Ian Holmes (c) 2002 20th Century Fox 

Laurent Gärtner

Rôliste depuis plus de 25 ans, j'ai découvert le jeu de rôle à l'époque où L'Œil Noir se vendait en librairie, où Casus Belli publiait SimulacreS et Laelith et où les figurines Ral Partha se vendaient à 10f. Depuis, je suis maître sur de très nombreux jeux, aussi bien du classique comme RoleMaster, L'Appel de Cthulhu ou Donjons & Dragons 3.5, ou sur des jeux un peu plus confidentiels comme Cobra, Feng Shui...

Les derniers articles par Laurent Gärtner (tout voir)

%d blogueurs aiment cette page :