Maîtriser une campagne, partie 4

Vous avez eu le temps de digérer la mise en place des événements de votre campagne dans l’article précédent, nous allons maintenant nous attaquer à la préparation des sessions de jeu. Si vous prenez en cours de route, je vous invite à vous référer à la première partie qui traite de la trame de la campagne, la seconde qui traite du décor et des personnages et la troisième qui traite des événements.

Préparer une session de jeu

Non, dans une campagne, il ne faut surtout jamais improviser sur un coin de table chaque session de jeu, sinon, ça ne marchera pas très bien. Vous allez devoir préparer un minimum votre session, déjà, un élément important doit vous diriger : il faut que les PJ aient quelque chose à faire durant cette session de jeu… c’est évident, mais utile d’être rappelé.

L’objectif de session de jeu

Une campagne va couvrir plusieurs mois ou plusieurs années de la vie des personnages, il n’est pas forcément intéressant de relater tout ce qui se passe dans les moindres détails, nous nous intéressons effectivement qu’aux scènes les plus importantes, le reste passant à la trappe derrière l’ellipse narrative.

Attention tout de même à ne pas trop jeter des idées qui pourraient être résumées par un « vous êtes arrivés à … » ou un « vous avez rencontré … et il vous a demandé de … », il faut vraiment faire attention car certaines scènes intéressantes pourraient être oubliées : un voyage peut être une aventure assez mémorable (deux exemples ? Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux), la rencontre avec un PNJ important pourrait être jouée plutôt que simplement racontée…

Définir l’objectif de la session

Pour savoir s’il est possible d’en faire quelque chose, essayez de trouver au moins un objectif pour cette session : ça peut être se rendre à …, découvrir le secret de …, … si vous n’arrivez pas à trouver un objectif en lien avec les événements, les lieux ou les personnages secondaires de la campagne, c’est que cette session n’apportera rien à l’ensemble de la narration.

Dans la campagne Seigneur des Anneaux, les personnages joueurs décident de traverser les marches du Rohan et arrivent à Edoras. L’objectif de la session de jeu sera de rallier les cavaliers du Rohan à la cause contre les forces du Mordor.

L’objectif de la session doit être décrit ainsi : un verbe d’action à l’infinitif suivi d’un complément qui contient au moins un décor, un PNJ ou un événement pouvant être lié à la campagne en cours.

Une aventure en marge de la campagne

A mon sens, c’est l’un des problèmes majeurs de la préparation des sessions, est-elle ou non hors-sujet par rapport aux bases de la campagne ?

Je distingue quatre niveaux de lien avec la campagne :

  • Niveau 3 – Une session de jeu intégrant les éléments de la campagne, dans ce cas, les personnages sont dans l’intrigue de celle-ci… leurs actions auront des conséquences sur la suite, leurs découvertes auront un impact sur la suite… dans notre campagne Seigneur des Anneaux, toute session qui fait avancer la compagnie de l’anneau vers le Mordor est dans ce cas.
  • Niveau 2 – Une session de jeu en périphérie des éléments de campagne, dans ce cas, les personnages s’approchent (ou s’éloignent) de l’intrigue qui est au cœur de la campagne, peut-être pour creuser une piste parallèle qui s’avère être finalement une mauvaise piste ou pour explorer une intrigue secondaire qui peut être personnelle à un PJ… dans notre campagne Seigneur des Anneaux, lorsque le PJ Aragorn décide d’emmener les autres PJ en quête de Narsil, l’épée d’Elendil qui doit être reforgée, ça ne concerne pas directement la campagne elle-même, mais uniquement ce personnage… nous sommes ici dans l’intrigue secondaire.
  • Niveau 1 – Une session de jeu en marge de la campagne, dans ce cas, les PJ, alors qu’ils suivent un objectif sur un long terme, vont être confrontés à des événements sans lien avec le reste de la campagne. Une session peut être utilisée pour apporter une fausse piste ou une courte intrigue secondaire, un allié ou un ennemi imprévu… ou encore, relancer l’action ou l’aventure pour des joueurs qui s’ennuient dans une longue campagne qui peut parfois en manquer. Techniquement, ce qui s’y déroule n’a ni conséquence, ni intérêt pour la campagne elle-même, mais un focus sur cette scène peut apporter un plus pour la suite. Dans notre campagne Seigneur des Anneaux, les PJ décident de quitter la route pour s’arrêter à Tarbad, la cité des voleurs… ils seront pris au piège par des brigands qui y résident encore et qui récupèrent l’anneau sans même connaître sa réelle puissance…
  • Niveau 0 – Une session de jeu hors de la campagne, dans ce cas, il n’y a aucun lien logique avec le reste de l’intrigue : les personnages n’ont aucune raison d’être là, l’objectif de la session n’a aucun intérêt pour la campagne, … bref, on est plus qu’en marge. Dans notre campagne Seigneur des Anneaux, même si j’ai le plus grand respect pour Tolkien, je ne ferai pas jouer de rencontre avec Tom Bombadil à des PJ.

En gros, une campagne devrait être composée à 50% de sessions de niveau 3, de 35% de sessions de niveau 2 et de 15% de sessions de niveau 1. Si toutes les aventures sont plus des quêtes personnelles qu’un enchaînement logique autour du pitch de la campagne, vous êtes plus sur ce que les jeux du Monde des Ténèbres désignent comme une chronique et plus vraiment sur une campagne… c’est aussi le cas avec des jeux comme Pendragon où les aventures se suivent avec du liant entre elles, mais elles ne forment pas pour autant une campagne, puisque même si l’histoire des PJ est au cœur de la trame principale de la « campagne », les sessions y font rarement appel.

Où, quand… tiens ça y est, il va nous refaire du QQOQCP !

Après, il existe tout un tas de méthodes pour trouver l’inspiration pour préparer une session de jeu dans une campagne, le QQOQCP en est une, mais il en existe bien d’autres. Maintenant que nous avons une idée de l’objectif de la session et que nous savons si cette session va être intégrée ou en marge à la campagne, nous allons définir quelques éléments, mais pour cela, revenons à la base de notre campagne, est-elle ouverte ou scénarisée ?

Campagne scénarisée

Si ma campagne est scénarisée, je sais ce qui va se passer (normal, j’ai établi ma chronologie d’événements juste avant), je peux en détailler un pour trouver un objectif à ma session, de là va découler le lieu, les PNJ et tout le découpage de la session.

Dans ma campagne Seigneur des Anneaux, les personnages joueurs arrivent dans les marches du Rohan à la demande de Gandalf qui souhaitent que le roi Théoden rallie les peuples libres contre le Mordor. Je détermine que dans mon aventure, ils vont :

  • Scène 1 : les personnages sont arrêtés par des cavaliers du Rohan, mais un groupe d’orques les surprend… le combat fera rage et l’un des PJ aura l’occasion de sauver la vie d’un cavalier qui s’avère être le neveu du roi Théoden.
  • Scène 2 : les personnages arrivent à Edoras, rencontrent le roi et leurs exploits sont contés à la cour… mais Grima Langue-de-Serpent va faire rejeter la faute de l’attaque d’un village par des orques sur les personnages. La méfiance s’installe alors qu’ils doivent rallier le Rohan à leur cause…
  • Scène 3 : les personnages vont percer le secret de Grima, découvrir qu’il est un émissaire de Saruman et débarrasser le Rohan de sa présence.

Voilà, donc une étape de la campagne qui peut remplir une session complète, les PJ ont un objectif clairement mentionné, ils vont créer les conditions pour que les événements prévus se déroulent, vont interagir avec des PNJ importants de la campagne.

Campagne ouverte

Là, c’est moins simple à préparer… parce qu’en fait, les joueurs peuvent très bien au début de l’aventure prévoir une tout autre direction que ce que le maître de jeu aura préparé pour eux… vous aviez prévu qu’ils rallient les cavaliers du Rohan, mais préfèrent finalement partir en direction de Pelargir pour rencontrer les corsaires du Gondor.

Il y a une condition importante à respecter pour jouer en campagne ouverte, c’est de prévoir à l’avance les actions des PJ pour la préparation de vos sessions… pas dans les détails non plus, juste savoir où ils comptent aller la prochaine fois et dans quel but. A partir de là, vous aurez de quoi préparer votre session. Vous pouvez leur demander à la fin de la session précédente ou entre les deux sessions par les nombreux moyens de communications existants.

Si finalement, les joueurs changent d’avis au début de la partie, pas d’importance, peut-être que ce qui est préparé peut en partie être utilisé.

Entre les deux…

Finalement, je n’ai jamais fait jouer ni de campagne « scénarisée », ni de campagne « ouverte », elles ont toujours été plus ou moins scénarisées et ouvertes (ce que je désignais par mixte dans le premier article). Dans ce cas, à vous de voir si la session sera un peu plus scénarisée ou un peu plus ouverte et adaptez votre préparation selon votre souhait. Rappelez-vous simplement que ces idées ne seront que des déroulements possibles de la session de jeu.

Que faire ?

C’est un point toujours assez agaçant quand on prépare une session de campagne, on a une idée sur ce qui va se passer dans quelques sessions, tout un tas de petites idées en attendant, mais finalement on butte sur la session à préparer. Je vous propose donc quelques idées de sessions toutes prêtes à mettre en relation avec les PNJ, les décors et les événements :

L’enquête

Un crime à élucider, un mystère à découvrir, un complot à mettre à jour… les personnages doivent réunir des indices qui vont permettre de reconstituer un événement passé ou en cours et ainsi trouver la réponse au problème posé.

ENJEUX : collecter des indices, les mettre en relation, émettre et confirmer une hypothèse.

Arrivés au Rohan, les personnages découvrent que Grima a plus d’influence que quiconque à la cour du roi Théoden. Il leur faudra enquêter pour prouver à Eomer et à Eowyn qu’il manipule le roi pour le compte de Saruman.

La survie

Les personnages sont pris au piège ou sont égarés et doivent lutter pour s’extraire de là où ils sont.

ENJEUX : atteindre un espace où les personnages seront alors hors de danger.

Le franchissement du col de Caradras, particulièrement périlleux, où les personnages doivent affronter le froid et les tempêtes de neige durant plusieurs jours. Les éléments naturels ne sont pas les seuls dangers : c’est un territoire de chasse pour les gobelins et des géants des neiges…

L’infiltration

Les personnages doivent secrètement entrer dans un lieu ou un groupe pour récupérer un objet ou une information capitale pour la campagne.

ENJEUX : s’infiltrer dans un lieu ou un groupe, rester discret, la découverte des PJ mène à l’échec.

Frodon a été enlevé par des émissaires de Denethor, l’intendant du Gondor. La confrontation directe est trop dangereuse, les personnages vont devoir sauver Frodon sans éveiller les soupçons.

La négociation

Les personnages doivent utiliser leurs compétences sociales pour obtenir une information ou un objet. Toute démonstration de force fera échouer les personnages.

ENJEUX : obtenir l’objet ou l’information uniquement par la négociation avec les PNJ sans faire usage de la force.

Lors du conseil secret de Rivendell, les PJ découvrent que les différents représentants des peuples libres n’arrivent pas à s’accorder sur le destin de l’anneau unique. Les PJ ayant déjà été confrontés à son pouvoir ont quelques jours pour convaincre chaque membre du conseil de les envoyer vers le Mordor pour détruire l’anneau dans les flammes de l’Orodruin.

La confrontation

Les personnages sont confrontés à un ennemi et doivent s’en défaire coûte que coûte.

ENJEUX : être vainqueur dans un affrontement physique

La communauté de l’anneau est poursuivie, après avoir quitté les Montagnes Grisesé par des Uruk-Hai, leur seule chance de s’en défaire est de les affronter avant d’aller plus loin. La communauté de l’anneau se prépare pour un affrontement contre une horde d’Uruk-Hai.

Durant la session de jeu

Bon, les joueurs sont là, alors, on y va… on est là pour jouer après tout… Maîtriser une session en campagne n’est pas différent de n’importe quelle autre session de jeu à quelques différences près que, lors de l’introduction, replacez le contexte, ce qui s’est fait à la session précédente, les événements qui se sont déroulés entre les deux sessions et que les PJ ont eu l’occasion d’apprendre facilement… bref, pensez à remettre les joueurs dans le bain.

Notez, qui et où ?

Pour jouer sur la longueur, la prise de note va être capitale, incitez vos joueurs à le faire et demandez leurs un double des notes qu’ils prennent. Après, il existe des tas de solutions : les outils de partages comme OneDrive, Dropbox… et autre proposent d’éditer un document à plusieurs, profitez au maximum des technologies à votre disposition.

Le feedback

Les notes ne vont pas vous servir à alimenter votre blog, mais elles vont avoir une utilité directe sur la préparation des sessions suivantes. J’avais indiqué dès le début que tout ce qui est écrit au début de la campagne sera susceptible d’être modifié… c’est le feedback des sessions jouées qui va modifier la trame établie, les PNJ, les décors et les événements.

Synthétisez

Une fois que vous aurez récupéré les différentes notes de la session, je vous conseille de les synthétiser sur 5 ou 6 ligne et de les consigner dans le journal des sessions, un document dans lequel vous gardez toutes ces synthèses.

A l’issue de la session où les PJ ont traversé la Moria, je peux synthétiser la session par : « Les PJ ont traversé les mines de la Moria et ont éveillé le Balrog qui s’y trouvait. Pour permettre leur fuite, Gandalf a affronté la créature. Une fois hors de danger, les PJ constatent que Gandalf ne s’en est pas sorti en vie… ce dernier a disparu. »

Avec cette synthèse, gardez une trace des joueurs et des personnages qui étaient présents et, par personnage, dressez la liste des actions et décisions importantes qu’il a pris lors de la partie, commander une pinte à la taverne n’étant ni une action importante, ni une décision importante. Vous gardez ici tout chose qui peut apporter un élément important pour la suite de l’aventure.

Parmi les actions importantes des PJ sur cette session, j’ai relevé que Gimli a manqué de tuer Kroknar, le chef des gobelins en le laissant pour mort. Ce dernier va tout faire pour retrouver le nain qui l’a gravement blessé.

Causalité, mise à jour de la chronologie des événements

Dans l’article précédent, nous parlions des événements et de leurs causes. Les actions des personnages vont avoir des conséquences sur les événements prévus et deviendront les causes d’autres événements.

Campagne scénarisée

Dans le cas d’une campagne scénarisée, vous aurez déjà prévu l’événement puisque les sessions permettent de jouer leurs causes. Donc, vous n’aurez qu’à valider que tel ou tel événement s’est bien déroulé comme prévu.

Campagne ouverte

Dans le cas d’une campagne ouverte, vous laissez aux joueurs la possibilité de créer les causes de nouveaux événements, dans la liste des actions/décisions, à vous de déterminer ce qui a un impact sur les événements enregistrés dans la chronologie et de la mettre à jour dans ce sens.

Gros changements ?

Finalement, vous vous rendez compte que vos joueurs n’adhèrent pas du tout à l’orientation que vous aviez prévu pour la campagne… que faut-il faire alors ? Les forcer à entrer dans le moule au risque de les perdre ? Ou adapter le style et l’orientation de la campagne pour les joueurs ?

La réponse est évidente : leur taper dessus jusqu’à ce qu’ils jouent comme vous l’avez décidé ! … et non en fait, vous changez l’orientation prévue.

Campagne scénarisée

Plus la campagne est scénarisée ou directrice, moins les PJ pourront sortir des sentiers que vous aurez prévus : s’ils doivent aider untel, combattre tel autre, et s’allier à bidule, la suite des sessions et des événements se fera ainsi puisque les PJ n’auront pas vraiment de contrôle… dans ce cas, la question reste académique.

Campagne ouverte

Dans le cas d’une campagne ouverte, vous avez fait tout de suite le choix de laisser aux joueurs le droit d’orienter leurs personnages comme ils le souhaitaient… ainsi, il n’est pas garanti qu’ils acceptent de se faire un allier d’untel, de prendre les armes contre le sorcier machin ou de sauver le monde pour le rendre meilleur.

Dans la campagne Seigneur des Anneaux, après avoir débarrassé le Rohan de Grima Langue-de-Serpent et en absence de Gandalf, les personnages trouvent un allié chez Saruman et ils décident finalement qu’ils allaient s’allier avec lui. L’objectif ne sera plus de détruire l’anneau, mais les PJ seront utilisés pour faire tomber toute résistance contre le nouvel ordre que Saruman tente d’établir.

Et on finira… la prochaine fois

La dernière partie de cette série d’article traitera de la progression des personnages et des PNJ, de l’intégration de nouveaux joueurs, de la gestion du décès d’un PJ ou d’un PNJ important et je vous donnerai quelques astuces supplémentaire… à très vite !


Crédit photographique : Adam Purves (S3ISOR)  LEGO Mines of Moria (9473) MOC/MOD – Flickr – CC By-NC-SA

Laurent Gärtner

Rôliste depuis plus de 25 ans, j'ai découvert le jeu de rôle à l'époque où L'Œil Noir se vendait en librairie, où Casus Belli publiait SimulacreS et Laelith et où les figurines Ral Partha se vendaient à 10f.

Les derniers articles par Laurent Gärtner (tout voir)

2 Pingbacks/Trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :