La table médiévale

Les personnages joueurs viennent de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres et se posent dans une auberge pour y passer la nuit avant de reprendre la route. Tout le monde sait que pas loin d’ici se trouve le donjon de Guzbarbek, un terrible site dont personne n’est jamais revenu… vous commencez à mettre l’ambiance, l’auberge est accueillante, il y fait chaud car les personnages se trouvent juste à côté de l’âtre à écouter un vieillard en capuche leur contant les légendes de Guzbarbek quand l’aubergiste arrive en annonçant que la table des personnages est prête… et là, un joueur vous demande « mais qu’est-ce qu’il y a au repas ? »… et là, c’est le drame, vous répondez « euh, je sais pas, des patates et du poulet ? »

Plomber l’ambiance en trente secondes chrono

Les auberges, c’est un peu la deuxième maison des aventuriers, ils y dorment, mangent, boivent, traitent leurs affaires, planifient leurs voyages… niveau PNJ, ça va, on arrive toujours à faire passer pour suffisamment mystérieux un vieux en capuche, l’aubergiste sent bien le terroir, mais à chaque fois qu’on parle nourriture, ça se complique. Vous avez passé du temps à préparer votre scénar, les pièges dans le donjon, les rencontres dans l’auberge, et non, vous avez négligé ce qui aux yeux des joueurs pourra paraître essentiel pour leur roleplay : que mange-t-il et que boivent-ils ?

Manger au moyen-âge

On va déjà s’intéresser à ce qui va se trouver dans l’assiette de nos personnages. Une remarque importante, tout le monde est très mobile et passe une grande partie de sa journée à faire des efforts physiques (marcher, porter, combattre…)… ils n’ont pas besoin de passer 1h dans une salle de sport pour évacuer les trois feuilles de salade du midi, puisqu’ils se dépensent énormément. Donc, les repas vont souvent être gras et copieux.

Les viandes

La consommation de viande dépend beaucoup du statut social, les gros gibiers (sanglier, cerf…) ou les oiseaux de prestige (héron, cygne…) vont plus se retrouver sur la table d’un banquet seigneurial, alors que le reste de la population se tournera plus sur le petit gibier : lièvres, cailles, pigeons…

Les animaux producteurs (vaches, poules, moutons…) sont rarement servis à table, dans notre monde, la viande la plus couramment mangée était le porc sous différentes formes : jambons, saucissons, pâté, lard… tout était servi et utilisé, des abats jusqu’aux muscles.

Les poissons

A l’exception des bords de mers ou de rivières qui permettent d’avoir facilement du poisson frais qui pourra alors être grillé ou rôti à la broche, les poissons sont généralement séchés, fumés ou salés.

Les légumes

Selon les possibilités qu’offre le marché local, la majorité des légumes viennent d’une production très locale. Ils sont généralement cuits avec le jus de viande et du gras…

Dans les zones tempérées, on cultive tout un tas de courges, de racines, de féculents et de légumes verts. Les pois, haricots et fèves sont plus communs que la pomme de terre.

Les fruits

Les fruits sont consommés selon les saisons. Les fruits secs permettent de proposer des fruits toute l’année.

Les céréales

Les céréales sont principalement consommées sous forme de pains et de bouillies. Le pain le plus classique est la miche, il n’était pas seulement consommé comme aujourd’hui, mais il pouvait aussi servir d’assiette, de liants, de farce…

Les fromages et le beurre

Le lait servait presque exclusivement à la fabrication de fromages et de beurre. A titre d’exemple, l’édam, le parmesan et le brie existait déjà au moyen-âge.

Boire à la taverne !

La boisson principale est … le vin, et pas l’eau, parce que l’eau potable est une denrée très rare…

Le vin, le cidre et l’hydromel

Le vin a un faible tirage et ne se conserve guère que plus d’un an. Il est blanc ou rouge. Le goût étant particulièrement infâme parfois, il était souvent mélangé avec des épices, des plantes ou d’autres fruits, voire dilué avec de l’eau : on trouve donc du vin de sauge, du vin de romarin ou encore le fameux vin d’hypocras.

L’hydromel est un vin réalisé à base de miel qui aurait des origines plus anciennes que le vin. Parmi les autres boissons fermentées qui peuvent être consommé, on trouve aussi le cidre issue de la fermentation du jus de pomme.

La bière

La bière existe depuis très longtemps, elle est issue de la fermentation de l’orge et du houblon (pour ceux qui l’ignorent). La cervoise est une bière d’orge parfumée avec des herbes aromatiques.

Les jus de fruits

Les jus de fruits sont réalisés avec une grande variété de fruits et de baies. Le jus de fruit se conserve environ un an.

Spiritueux

La distillation d’eaux de vie est très courante, elle est réalisée à partir de nombreux fruits. L’eau de vie pouvait être consommée lors des repas, mais aussi comme remède médical !

Le lait

Puisque la pasteurisation du lait n’est pas encore trouvée, le lait frais est très peu consommé. Le lait est principalement réservé à la fabrication de fromages.

Les ustensiles

Comme précisé plus haut, une tranche de pain, un « tranchoir », servait souvent d’assiette. Les plats (une planche de bois plus communément) étaient souvent disposés au milieu de la table, et on se sert avec des cuillères, des couteaux ou des broches… par contre, on mange généralement avec les doigts ! Des écuelles en bois permettaient de consommer les repas les plus liquides : soupes, bouillons…

Au menu ce soir

Voici un petit tableau tout simple, avec deux trois jets de dés vous pourrez proposer un repas qui les changera un peu du poulet.

Le repas d'auberge

Résultat du déViandeAccompagnementDivers
1Cochon (jambon)FèvesEn tourte
2Cochon (lard)PoisFarcie
3CochonHaricotsDans son jus
4CochonCarottesBouillis
5SanglierNavetsGrillé
6CerfGruauA la broche
7Lapin ou lièvreChouxEn gelée
8Lapin ou lièvreCardonsEn pâté
9Perdrix ou pigeonsEpinardsAux épices
0PoissonsPoireauxAux champignons
Lancez 1D10 pour chaque catégorie, et hop, vous avez le plat du jour de votre auberge !

D’autres références


Illustration : Tavern Scene – Peinture de David Tenier – domaine public

Laurent Gärtner

Rôliste depuis plus de 25 ans, j'ai découvert le jeu de rôle à l'époque où L'Œil Noir se vendait en librairie, où Casus Belli publiait SimulacreS et Laelith et où les figurines Ral Partha se vendaient à 10f.

Les derniers articles par Laurent Gärtner (tout voir)

One Pingback/Trackback

%d blogueurs aiment cette page :