Gérer les langues

Dans beaucoup de jeux, la gestion des langues connues par le personnage est une simple indication dans un lieu obscur de la feuille et dans d’autres, c’est une compétence à part entière totalement définie et chiffrée. Nous avons fait un rapide tour d’horizon des langues et de la linguistique dans un article précédent, maintenant, rentrons dans les règles et la technique.

Je n’ai jamais été trop copain avec la façon dont les langues sont gérées à la table, ne pas les gérer permet à certains de créer des personnages improbables venant de l’autre bout de la planète mais totalement adaptés à leur monde… pour l’anecdote, j’ai incarné pendant plusieurs aventures une gobelours à Elekasë qui avait un score tellement bas en intelligence qu’il ne pouvait maîtriser que 15 mots de langue commune… et bien, j’en ai un excellent souvenir, surtout le jour où la table s’est faite pourrir après m’avoir vu revenir en criant « Y’a deux ! Y’a deux !!! »… ben oui, on envoie pas un gobelours en éclaireur qui ne sait ni parler, ni compter !

Langues et règles

Selon le type de jeu, il va être nécessaire de déterminer le niveau en langue. Pour cela, je vous propose de reprendre les cinq niveaux présentés dans l’article précédent, à savoir :

  • Niveau 1 – quelques mots
  • Niveau 2 – scolaire
  • Niveau 3 – langue maternelle
  • Niveau 4 – maîtrise parfaite de la langue
  • Niveau 5 – référence linguistique

Scores chiffrés

Dans un jeu qui dispose d’une évaluation chiffrée des compétences en langue, déterminez le niveau en langue à partir du score de la compétence, voici une proposition :

NiveauScore sur 100Score sur 20
Niveau 101-191-3
Niveau 220-494-9
Niveau 350-7410-13
Niveau 475-9415-18
Niveau 595-10019-20

Par conséquent, dans l’Appel de Cthulhu, un personnage qui dispose d’un score de 78 en anglais est considéré comme maîtrisant parfaitement l’anglais. S’il dispose d’un score de 42 en latin, il a un niveau scolaire, ce qui ne lui permettra pas de comprendre un grimoire du mythe par exemple.

Sans score chiffré

En absence de score chiffré, lorsque le personnage possède une langue, il la maîtrise au niveau 2, à l’exception de la langue maternelle qu’il maîtrise au niveau 3. Pour maîtriser une langue à un niveau supérieur, il faut acheter une fois de plus cette langue.

Par exemple, dans Donjons & Dragons, mon personnage dispose de 4 langues grâce à son score d’intelligence. Sa langue natale est au niveau 3, il peut encore choisir 3 langues au niveau 2. Plutôt que de prendre une langue supplémentaire, il peut aussi choisir de faire progresser une langue d’un niveau.

Faire un test ou pas ?

Tant que ce que le personnage cherche à comprendre ne dépasse pas son niveau, il n’y a aucun test à faire, la réussite est automatique. Par exemple, mon personnage à l’Appel de Cthulhu est capable de rédiger un poème avec son score de 78 en anglais, mais il ne pourra déchiffre qu’un texte assez simple en latin, De Veermis Misteriis en latin reste pour lui un ouvrage trop complexe à comprendre.

Au travail

Se forcer à comprendre quelque chose hors de sa portée est possible, avec l’aide de dictionnaires, du temps, des notes, la lecture d’un ouvrage du mythe pour un expert de la langue dans laquelle il est écrit ne posera pas de problème en soi, mais pour n’importe qui d’autre, il faudra s’armer de patience. Si le personnage a besoin de dépasser son niveau dans une langue, il devra réussir un jet sous sa compétence (ou d’intelligence si les règles ne proposent pas de compétences en langues).

Les chances de réussites vont baisser selon l’écart de niveau nécessaire :

Écart de niveauModificateur au score de réussite
1 niveauAucun changement
2 niveauxscore initial / 2
3 niveauxscore initial / 4

Il faut au minimum un niveau 2 dans la langue pour pouvoir aller au-delà de sa compréhension naturelle.

Selon le temps, la réussite du jet, les moyens mis en œuvre, le maître de jeu peut demander plusieurs jets et plusieurs réussites, ou donner des indications partielles sur ce qui est compris. Si vous espionnez deux personnages qui parlent une autre langue, il sera difficile de leur demander de répéter, mais si vous essayer de décrypter un ouvrage du mythe, vous pouvez y retourner encore une semaine de plus.

Langues d’une autre famille

A partir du niveau 3 dans une langue, le personnage peut maîtriser les langues de la même famille. Celles-ci peuvent être maîtrisées avec un score réduit de 2 niveaux. Ainsi, mon personnage à l’Appel de Cthulhu qui maîtrise l’anglais au niveau 4 peut baragouiner quelques mots en allemand. Le score de la compétence sera alors considéré comme étant égal à la borne supérieure du niveau.

Par exemple, si mon personnage veut parler allemand avec sa compétence anglais, il est possible de considérer qu’il a un score de 49% en allemand et un niveau de 2.

Si le personnage développe une langue de la même famille, les chances de base commencent à ce niveau.


Crédit photogrpahique : « Necronomicon prop » by Shubi(Shubi) – Self-made just for fun.. Licensed under Public Domain via Commons

Laurent Gärtner

Rôliste depuis plus de 25 ans, j'ai découvert le jeu de rôle à l'époque où L'Œil Noir se vendait en librairie, où Casus Belli publiait SimulacreS et Laelith et où les figurines Ral Partha se vendaient à 10f.

Les derniers articles par Laurent Gärtner (tout voir)

  • Chouette article

    Mais parler de score chiffré ou pas, on oublie certaines mécaniques peut être plus modernes tels que les traits ou les aspects dans un jeu comme Fate par exemple
    Si j’ai pris le trait : bilingue français / anglais par exemple, ça suffit pas besoin de gérer la mécanique pour savoir si mon personnage peut comprendre ou pas, il le fait et c’est tout

    • Laurent Gärtner

      après le soucis lorsqu’on simplifie de trop la question des langues on se demande si un bilingue français/anglais est capable ou non de comprendre la totalité d’un texte écrit en vieil anglais archaïque… disposer au moins d’une indication de niveau d’une échelle allant de « je sais à peu prêt me dérouiller à l’oral, le ne pourrais pas mourir de faim » jusqu’à « bonjour je m’appelle Tolkien » est pour moi important.

      Je pratique ainsi sur Cthulhu depuis pas mal de temps, ce qui permet de ne pas avoir des PJ avec des listes de langues incroyables, mais réduite à ce que le personnage a réellement étudié. Par exemple un PJ qui a 90% en anglais maîtrise un minimum toutes les langues germaniques et avec un peu de travail et de recherches il obtient ce qu’il veut, mais ça prends du temps… on pourrait même se passer de la question du jet de dés à la limite… mais un personnage plus « normal » avec 70% à mon sens, à part ressortir une vague idée du texte, même avec tous les moyens du monde, ça serait pas génial… j’ai jamais appris l’espagnol, j’arrive un peu à comprendre quelques paragraphes de l’édition originale d’Aquelare, mais de là à en comprendre tout le mécanisme… si j’avais fais du latin, peut-être…

      Après tout dépend aussi du jeu, de la campagne, de l’univers, perso, je n’irais pas me prendre la tête sur les langues dans Feng Shui, alors qu’on peut avoir un gros intérêt à le faire dans James Bond ou AdC

      • oui je plussois l’intérêt des langues dans le cadre du jeu est très important

        d’ailleurs c’est pour ça que dans ce genre de jeux, on a quelque chose (compétences souvent) pour prendre directement en compte les langues du personnage
        pour ma part, dans les jeux que je maîtrise ou dans celui que je crée, la langue est tout à fait accessoire pour ça j’aime bien les traits, c’est plus simple / rapide à gérer

  • DaerDeDween

    Un article bien sympa !
    Pour la table que nous venons de créer, la problématique a été différente puisque la gestion de la langue est directement intégrée dans notre pratique. Nous sommes de diverses nationalités et nous ne sommes pas tous francophones. En revanche, nous maîtrisons tous plus ou moins l’anglais, c’est donc la langue que nous utilisons de manière courante et avec le DM.
    D’ailleurs, pour crédibiliser un peu la chose, notre DM nous a créé un petit univers où le français est la langue « maternelle » de la plupart des persos , l’anglais la langue commune du continent où nous évoluons et l’italien le langage des créatures magiques. Bien entendu, le niveau de chaque perso es celui du joueur qui l’incarne et notre maîtrise (bien réelle !) à une incidence sur le jeu.

    Voilà, j’avais juste envie de partager une autre façon de prendre en compte la langue dans le JDR …

    Bonne journée !

%d blogueurs aiment cette page :