L’impopularité du jeu de rôle

Ce petit billet fait suite à la publication d’un strip animé de Malec sur Turbo Interactive sur le jeu de rôle qui a suscité de vives réactions sur Facebook, en particulier pour le caractère sexiste et raciste de certains propos. Au delà de certains dialogues très lourds, la caricature du maître de jeu expliquant le jeu de rôle à un néophyte est à mon sens très bien vue et dresse un portrait malheureusement trop répandu. Il m’est tout de suite venu à l’idée de faire un petit point sur une question : ne sommes-nous pas les premiers responsables de l’impopularité du jeu de rôle ?

Si l’animation ne s’affiche pas, c’est que vous visitez le site Aux Portes de l’Imaginaire en HTTPS et que votre navigateur est configurer pour interdire les inclusions HTTP dans une page HTTPS. Cliquez sur ce lien pour recharger la page ou visionnez directement l’animation sur Turbo Interactive.

Quand nous créons notre impopularité

Humour pas forcément drôle, réflexions désagréables et même parfois violentes… au delà de tout ceci, l’attitude du rôliste est carrément bien rendue… oui, pas forcément de vous qui êtes en train de lire, mais ce cliché représente une attitude qu’on a déjà au moins une fois rencontrée, ou que nous avons déjà eue, vis à vis d’un néophyte, celle de tout faire pour lui être finalement antipathique. Pour ça les techniques sont nombreuses, et elles sont génialement toutes à la suite dans cette animation :

  • expliquer le jeu de rôle de façon très supérieure en évoquant plus le théâtre et le cinéma que le jeu – un jeu de rôle est une sorte de mélange entre théâtre d’improvisation, conte et jeu…
  • verser dans la supériorité, ce n’est pas un jeu, mais bien plus – le jeu de rôle, c’est quelque chose qui te permet de t’évader, de visiter des contrées perdues ou imaginaires, et même porter ton regard au delà de ce que les étoiles peuvent te donner
  • donner des exemples qui sont en totale opposition au côté noble et sérieux présenté juste avant – je peux être un survivant protégeant la vierge et l’orphelin dans un univers dévasté et contaminé ou bien une mercenaire usant de ses charmes pour arriver à ses fins
  • finir sur une remarque où il faut un minimum de connaissance en psychologie pour comprendre – le jeu de rôle ouvre ton cœur et ton âme à une catharsis puissante et désavouée
  • sans oublier de dénigrer une pratique ludique de son auditoire, ça va avec – pas comme ton jeu de poney débile où tu passe tes journées à ramasser du purin enchanté

A mon sens, si on m’avait présenté le jeu de rôle ainsi à l’âge de 13 ans quand j’ai commencé, je pense que je ne serais pas ici avec vous sur ce site… point par point, voici ce que ça peut donner sur un néophyte :

  • je veux jouer, je ne viens pas me prendre la tête sur du théâtre d’improvisation ;
  • qu’est ce que tu as pris ?
  • ha oui, effectivement : baston, viol, discours graveleux… c’est porter son regard bien au delà de ce que les étoiles peuvent te donner ;
  • le jeu de rôle est un loisir pour traumatisés refoulés qui refusent d’aller chez le psy ;
  • et c’est tellement supérieur à Angry Birds, …

Si ça n’était qu’une caricature, j’en rirais bien, mais combien de présentations du jeu de rôle, de définitions, de vidéos de vulgarisation peuvent parfois montrer les rôlistes comme des personnes méprisantes vis à vis des non-joueurs ? … d’après une autre vidéo qui présente le jdr, si tu t’appelle Kévin, tu pourras pas jouer aux jeux de rôle… cette caricature n’est donc pas si éloignée d’une partie des rôlistes non ? Je passe sous silence les longs monologues sur le jeu de rôle trouvables sur Youtube qui donnent surtout envie de ne pas pratiquer ce loisir, sinon, cet article n’aura pas de fin !

Plus léger et drôle et évoquant l’histoire du jeu de rôle en quelques minutes, Arte avait proposé dans un Personne ne bouge un petit point sur le jeu de rôle :

Ne nous montrons nous pas antipathiques dans le but d’avoir le droit à notre tour d’exclure de notre loisir ceux qui nous excluaient des parties de balle au prisonnier à l’école ? Une petite vidéo de l’époque se trouve à partir de 00:46 dans la vidéo ci-dessus et elle appuie exactement là où ça fait mal…

Gamin 1 -Est-ce que je peux jouer ?
Gamin MJ prétentieux – Euh, je crois pas, c’est trop compliqué, mais tu peux regarder. Comme ça, tu pourras, … comprendre le jeu.

Comment vaincre cette impopularité ?

Je ne suis pas convaincu que tous les rôlistes prêchent pour que le jeu de rôle devienne plus populaire, pas plus que pour le fait que tout le monde puisse apprécier ce loisir. Maître Sinh de 500 nuances de geek proposait il y a quelques temps de ne plus initier au jeu de rôle pour des raisons sémantiques… oui, ce terme a une connotation secte trop forte, est-il préférable alors d’organiser des parties de démonstration, de découverte ou de présentation ?

Il faut apprendre à expliquer le jeu de rôle, les règles, l’univers de jeu… apprendre à faire découvrir, être pédagogue vis à vis des non-rôlistes qui pourraient être intéressés par le loisir, de leur entourage (les parents de jeunes joueurs) mais aussi d’une partie des rôlistes qui souvent, en quelques phrases arrivent à faire fuir n’importe quel courageux qui se serait bien assis à une table pour jouer et découvrir le jeu de rôle.

La discussion est ouverte !


Crédit photographique : Harris (Stephen Lea Sheppard) dans la série Freaks and Geeks produite par Jude Apatow (1999)

Laurent Gärtner

Rôliste depuis plus de 25 ans, j'ai découvert le jeu de rôle à l'époque où L'Œil Noir se vendait en librairie, où Casus Belli publiait SimulacreS et Laelith et où les figurines Ral Partha se vendaient à 10f. Depuis, je suis maître sur de très nombreux jeux, aussi bien du classique comme RoleMaster, L'Appel de Cthulhu ou Donjons & Dragons 3.5, ou sur des jeux un peu plus confidentiels comme Cobra, Feng Shui...

Les derniers articles par Laurent Gärtner (tout voir)

  • rhodos

    Bah autant j’apprécie toujours de voir des nouveaux dans les assos de jdr, autant parfois, j’ai envie d’incarner un de mes (nombreux, trop nombreux) guerrier pour leur péter la margoulette !! Entre les questions cons, le nombre de fois où tu dois répéter inlassablement la même règle, présenter le jeux, expliquer que non, dans cthulhu on n’incarne pas un guerrier en armure, et que non bordel pas d’épée à la con, faire comprendre que tout ne repose pas sur les dés… alors ouai souvent je suis content des néophytes, mais parfois, j’ai vraiment envie d’en sacrifier un pour la gloire de cthulhu…

    • PzKd

      Sans vouloir tirer sur l’ambulance, introduire un néophyte dans le monde du JdR avec de l’Appel de Cthulhu c’est, de base, le mauvais plan. Un p’tit nouveau qui débarque dans le monde du JdR pour ses premières parties va vouloir jouer un super-guerrier, jeter des dés régulièrement et tirer sur/éventrer/écraser/astro-poutrer des trucs.

      Au fur et à mesure que son expérience croît, ses goûts vont s’affiner et il va naturellement se tourner vers des JdR plus cérébraux et moins portés sur les carac’ de nos persos.

      TLDR : Call of Cthulu en première partie, non. D&D4, Only War, Z-Corps et autres PMT, oui.

      • Laurent Gärtner

        Bonjour PzKd,
        Pour ma part, j’utilise l’Appel de Cthulhu pour des parties d’initiation et ça se passe très bien, à condition d’être indulgent sur les connaissances « lovecraftiennes » des joueurs et en leur donnant un défi à leur niveau. Si ça t’intéresse, j’ai rédigé début septembre un article à ce sujet avec une version « light » de Cthulhu et un scénario tout prêt pour être joué en 1h/1h30 par des joueurs débutant en guise de découverte du jeu de rôle.
        http://portes-imaginaire.org/rubriques/comment-tu-joues/manoir-forester/

%d blogueurs aiment cette page :